La MIUF dans la maison j'achète ou pas ?

Share on facebook
Share on linkedin
Share on email
Table de contenu

Devrais-je soumettre ma maison à un dépistage de formaldéhyde ?

En général, un dépistage de formaldéhyde (MIUF) dans les maisons n’est pas nécessaire. Si vous vous inquiétez par rapport aux niveaux de formaldéhyde à cause de symptômes, d’odeurs ou de sources évidentes de formaldéhyde, le mieux est d’améliorer l’aération et d’éliminer les sources. Les personnes ayant des symptômes devraient parler à un médecin, étant donné que seul un médecin peut déterminer si les symptômes sont liés au milieu de vie de la personne.

Certains experts-conseils en environnement et/ou hygiénistes industriels offrent des services de dépistage du formaldéhyde, mais ceux-ci sont principalement offerts aux entreprises et peuvent être coûteux pour le propriétaire moyen d’une maison

Si, pour quelque raison que ce soit, un dépistage est jugé nécessaire, Santé Canada recommande de prendre un échantillon moyen pendant 8 à 24 heures (ou plus). La méthode d’échantillonnage employée devrait être conforme à un protocole reconnu semblable à ceux publiés par la U.S. Environmental Protection Agency (EPA) (p. ex., la U.S. Compendium Method TO-11A) ou par la Occupational Safety and Health Administration (OSHA) du United States Department of Labor. Les échantillons devraient être envoyés à un laboratoire agréé pour analyse. On compte parmi les agréments courants l’American Industrial Hygiene Association (AIHA) ou l’Association canadienne pour les laboratoires analytiques environnementaux (ACLAE).

Cette mousse isolante est encore dans leurs murs

La mousse a été bannie en 1980 parce qu’elle pouvait générer des problèmes de santé. À l’époque, il s’agissait du produit par excellence pour améliorer de façon simple l’isolation thermique des maisons. On fait quelques trous ici et là dans les murs, on injecte le produit gonflant, et le tour est joué. Un excellent produit… Quand il est formulé correctement et installé au bon endroit. Mais si la recette ou les conditions d’installation sont mauvaises, il peut, en plus de perdre son pouvoir isolant, être la source d’irritations cutanées, de troubles respiratoires, de nausées ou d’étourdissements.

Cela dit, des milliers de résidences au Canada ont encore cette mousse dans leurs murs. Est-ce une maladie à déclaration obligatoire si on veut vendre sa demeure ? Faut-il songer à réduire le prix de vente ? La MIUF n’est plus considérée comme un vice caché, répond le Dr Albert Nantel, longtemps à la tête du Centre antipoison et qui a été un acteur important pendant le scandale des années 1980. En fait, la science a démontré que les effets les plus négatifs se faisaient sentir dans les jours suivant son application. Ainsi, 40 ans après le scandale, cette mousse isolante est un produit stable, assure le Dr Nantel. Seule précaution : porter masque et gants si on ouvre les murs. Car, comme bien d’autres produits, cette mousse isolante peut irriter. PDF SCHL Source : Protégez-vous

Effets à court terme de l’exposition au formaldéhyde sur la santé ?

Lorsque le formaldéhyde est présent dans l’air à des niveaux supérieurs à 0,1 ppm, certaines personnes peuvent ressentir des effets néfastes tels que larmoiement, sensations de brûlure dans les yeux, le nez et la gorge, toux, respiration sifflante, nausées et irritation de la peau. Certaines personnes sont très sensibles au formaldéhyde, tandis que d’autres n’ont aucune réaction au même niveau d’exposition.

La loi canadienne concernant la MIUF

La publicité, la vente et l’importation au Canada de la MIUF sont interdites depuis décembre 1980 en vertu de l’article 34 de la partie I de l’annexe I de la Loi sur les produits dangereux. Cette interdiction concerne tout isolant thermique à base d’urée formaldéhyde, expansé sur place, servant à isoler les bâtiments. La mélamine-urée et autres résines d’urée-formaldéhyde sont également visées.

Santé Canada a appris qu’en dépit de cette interdiction, de la MIUF a été importée et installée dans quelques maisons. Il a alors rapidement pris des mesures pour remédier à la situation, et ce produit n’est plus sur le marché. Le Ministère tient à rappeler aux fabricants, aux importateurs, aux distributeurs et aux installateurs l’interdiction en vigueur et les responsabilités qui en découlent pour l’industrie. Source : Canada

Source du vidéo : Gowylde

Poursuite judiciaire en Ontario

Qui aurait pu imaginer qu’un simple isolant en mousse dans les maisons puisse coûter la bagatelle de 13 millions de dollars ? C’est ce qui s’est passé dans une salle d’audience de Windsor, en Ontario le 12 août 2015, dans le cadre d’un recours collectif contre RetroFoam of Canada Inc. intenté par 771 propriétaires de Kitchener, Waterloo, Cambridge, Guelph et les environs.

La raison de cette poursuite de six ans et demi est la mousse isolante d’urée-formaldéhyde (MIUF) qui a été injectée dans leurs maisons entre juin 2007 et janvier 2009 dans le cadre du programme EcoEnergy. Mais le problème est apparu sous le nom de RetroFoam, fabriqué par Polymaster Inc. Dans l’état du Tennessee aux États-Unis, qui est classé comme un isolant à base d’urée-formaldéhyde et est interdit au Canada.

Qu’est-ce que c’est le formaldéhyde ?

C’est un produit chimique incolore, inflammable et à forte odeur qui est utilisé dans les matériaux de construction pour fabriquer de nombreux produits ménagers. Il est utilisé dans les produits en bois pressé, tels que les panneaux de particules, les contreplaqués et les panneaux de fibres, les colles et les adhésifs, les tissus pressés en permanence, les revêtements de produits en papier et certains matériaux d’isolation. En outre, le formaldéhyde est couramment utilisé comme fongicide industriel, germicide et désinfectant, et comme agent de conservation dans les morgues et les laboratoires médicaux. Le formaldéhyde est également présent à l’état naturel dans l’environnement. Il est produit en petites quantités par la plupart des organismes vivants dans le cadre de processus métaboliques normaux.

Comment la population est-elle exposée au formaldéhyde ?

Le formaldéhyde est normalement présent dans l’air intérieur et extérieur à de faibles niveaux, généralement moins de 0,03 partie de formaldéhyde par million de parties d’air (ppm). Les matériaux contenant du formaldéhyde peuvent libérer du gaz ou de la vapeur de formaldéhyde dans l’air. Au cours des années 1970, la mousse isolante d’urée-formaldéhyde MIUF était utilisée dans de nombreuses maisons. Cependant, peu de maisons sont aujourd’hui isolées avec de la MIUF. Les maisons dans lesquelles la MIUF a été installée il y a de nombreuses années ne présentent probablement plus de niveaux élevés de formaldéhyde aujourd’hui. Les produits en bois pressé contenant des résines de formaldéhyde sont souvent une source importante de formaldéhyde dans les maisons. D’autres sources potentielles de formaldéhyde à l’intérieur des habitations sont la fumée de cigarette et l’utilisation d’appareils à combustible non ventilés, tels que les poêles à gaz, les poêles à bois et les chauffages au kérosène.

Les travailleurs industriels qui produisent du formaldéhyde ou des produits contenant du formaldéhyde, les techniciens de laboratoire, certains professionnels de la santé et les employés des morgues peuvent être exposés à des niveaux de formaldéhyde plus élevés que le grand public. L’exposition se produit principalement par l’inhalation de gaz ou de vapeur de formaldéhyde dans l’air ou par l’absorption de liquides contenant du formaldéhyde à travers la peau.

MIUF Mousse isolante d'urée formaldéhyde

Le formaldéhyde, peut-il provoquer le cancer ?

Bien que les effets à court terme de l’exposition au formaldéhyde sur la santé soient bien connus, on en sait moins sur ses effets potentiels à long terme. En 1980, des études en laboratoire ont montré que l’exposition au formaldéhyde pouvait provoquer un cancer du nez chez les rats. Cette constatation a soulevé la question de savoir si l’exposition au formaldéhyde pouvait également causer le cancer chez l’homme. En 1987, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) a classé le formaldéhyde comme un cancérigène probable pour l’homme dans des conditions d’exposition exceptionnellement élevé ou prolongées. Depuis lors, certaines études sur l’homme ont suggéré que l’exposition au formaldéhyde est associée à certains types de cancer. Le Centre international de recherche sur le cancer a classé le formaldéhyde comme cancérigène pour l’homme. 

Les effets à long terme de l’exposition au formaldéhyde ont été évalués dans le cadre d’études épidémiologiques (études qui tentent de découvrir les schémas et les causes de la maladie chez des groupes de personnes). Un type d’étude épidémiologique est appelé étude de cohorte. Une cohorte est un groupe de personnes dont l’exposition à un facteur particulier, tel que le formaldéhyde, peut varier et qui sont suivies dans le temps pour voir si elles développent une maladie. Un autre type d’étude épidémiologique est appelé étude cas-témoins. Les études cas-témoins commencent avec des personnes chez qui on a diagnostiqué une maladie (cas) et les compare à des personnes qui n’en sont pas atteintes (témoins), en essayant d’établir des différences de facteurs, comme l’exposition au formaldéhyde, qui pourrait expliquer pourquoi les cas ont développé la maladie, mais pas les témoins.

Le formaldéhyde au travail

Plusieurs enquêtes du NCI sur les professionnels potentiellement exposés au formaldéhyde dans leur travail, comme les anatomistes et les embaumeurs, ont suggéré que ces personnes ont un risque accru de leucémie et de cancer du cerveau par rapport à la population générale. Toutefois, ces études n’ont pas permis de caractériser les pratiques de travail et les expositions spécifiques. Une étude cas-témoins du NCI parmi les travailleurs de l’industrie funéraire qui a caractérisé l’exposition au formaldéhyde a également trouvé une association entre l’augmentation de l’exposition au formaldéhyde et la mortalité due à la leucémie myéloïde.

Pour cette étude, menée parmi les travailleurs de l’industrie funéraire décédés entre 1960 et 1986, les chercheurs ont comparé ceux qui étaient morts de cancers hématopoïétiques et lymphatiques et de tumeurs cérébrales avec ceux qui étaient morts d’autres causes. Les cancers hématopoïétiques ou hématologiques tels que la leucémie se développe dans le sang ou la moelle osseuse. Les cancers lymphatiques se développent dans les tissus et les organes qui produisent, stockent et transportent les globules blancs qui combattent les infections et d’autres maladies. Cette analyse a montré que les personnes ayant effectué le plus d’embaumements et celles ayant été les plus exposées au formaldéhyde selon les estimations présentaient le plus grand risque de leucémie myéloïde. Il n’y avait aucune association avec d’autres cancers des systèmes hématopoïétique et lymphatique ou avec le cancer du cerveau.

Le formaldéhyde subit des changements chimiques rapides immédiatement après son absorption. Par conséquent, certains scientifiques pensent qu’il est peu probable que le formaldéhyde ait des effets sur d’autres sites que les voies respiratoires supérieures. Cependant, certaines études de laboratoire suggèrent que le formaldéhyde peut affecter les systèmes lymphatiques et hématopoïétiques. Sur la base des données épidémiologiques des études de cohorte et des études cas-témoins, ainsi que des données expérimentales des recherches en laboratoire, les chercheurs du NCI ont conclu que l’exposition au formaldéhyde peut provoquer la leucémie, en particulier la leucémie myéloïde, chez l’homme.